Une MAPI grave : 2e journée

L'opposition critique le gouvernement

  • Un membre de l'opposition a fait remarquer que le gouvernement avait choisi le vaccin utilisé et laissé entendre que le vaccin du concurrent aurait constitué une option plus sûre. Il a demandé que les données sur la sécurité soient publiées.
i

Deux vaccins anti-HPV sont actuellement homologués par l'Agence européenne des médicaments (EMA). L’EMA est chargée de l’évaluation scientifique des médicaments mis au point par les entreprises pharmaceutiques pour une utilisation au sein de l'Union européenne.

Dans le cadre d'une procédure standard, le fabricant soumet des données relatives à la sécurité pour obtenir une autorisation de mise sur le marché pour l'Europe. Toutes les données relatives à la sécurité sont accessibles au public sur le site Web de l'EMA.

Le fabricant rappelle le lot de vaccins

  • Le fabricant a rappelé le lot de vaccins.
i

L'équipe de communication du Ministère de la santé s'est opposée à ce rappel en raison des conséquences sur l'opinion publique – elle craignait que le public ne perde confiance dans le programme de vaccination. À la fin, les médias n'ont pas perçu de différence entre la mise en quarantaine du vaccin et le rappel. Cela n'a donc jamais été un problème. Pour consulter le communiqué de presse du fabricant veuillez cliquer ici.

Le National health department (UK DH) attend de nouvelles informations

  • Le National health department a décidé de ne pas répondre aux allégations de l'opposition politique et a suivi sa politique consistant à ne pas faire d'autres déclarations jusqu'à ce que de nouvelles informations soient disponibles.
  • Il craignait qu'il ne faille attendre plusieurs jours avant que les résultats de l'autopsie soient connus. Des renseignements internes ont permis aux responsables de la communication de demander aux journalistes avec lesquels ils étaient en relation de ne pas accorder une importance excessive à d’éventuelles spéculations quant à la responsabilité du vaccin dans le décès jusqu’à ce que de plus amples informations soient disponibles.

Résultats préliminaires de l’autopsie

  • Dans la soirée, les résultats préliminaires de l’autopsie indiquaient que le décès de la collégienne était dû à une maladie sous-jacente grave et que la vaccination n’avait joué aucun rôle.

Le Ministère contacte les médias

  • À environ 21 heures, les responsables de la communication du Ministère de la santé britannique ont commencé à contacter en urgence les équipes des journaux télévisés, puis l’association de presse et la presse écrite, à temps pour les programmes d’informations télévisées diffusés à 22 heures au Royaume-Uni et pour faire annuler les gros titres défavorables dans les journaux du lendemain.
i

Bien que les résultats de l’autopsie aient été préliminaires et que la famille de la jeune fille n’ait pas souhaité que les informations soient publiées immédiatement, le service communication du Ministère a convaincu les autorités de la nécessité de révéler les informations immédiatement.

« L’instant où nous sommes parvenus à influencer les journaux télévisés et certains des journaux du lendemain a été crucial. Malheureusement, les résultats sont arrivés un peu trop tard dans la journée pour être publiés dans la presse écrite. Les journalistes spécialisés dans la santé étaient rentrés chez eux, nous n’avons pu traiter qu’avec les bureaux de rédaction généraux. »

Ils ont toutefois réussi à faire modifier certains des gros titres, même si le corps du texte relatant l’événement était rédigé comme avant.

Grand intérêt manifesté par les médias

  • L’intérêt pour l’événement reste important,
  • Les journaux télévisés du soir (22 heures) ont diffusé les résultats préliminaires de l’autopsie.