Taux d’effets indésirables

Une partie du travail des professionnels de la réglementation et de la santé dans les programmes de vaccination consiste à :

  • Anticiper/évaluer les MAPI associées à certains vaccins,
  • Comparer les MAPI notifiées avec les événements indésirables attendus chez les personnes vaccinées et non vaccinées,
  • Faciliter l'investigation des MAPI graves et l'action en conséquence.

Toutefois, l'un des principaux défis dans la surveillance des MAPI consiste à différencier les événements fortuits des événements dus à un vaccin ou ses composants.

Afin d’améliorer la capacité à introduire les vaccins dans les États Membres, l’OMS a publié en ligne des Fiches d’information sur les taux observés des réactions aux vaccins afin de fournir des détails sur certains vaccins utiles pour l’analyse des événements notifiés. Elles portent par exemple sur les vaccins contre les maladies suivantes : charbon, BCG, Hep A, Hep B, Hib, HPV, grippe, pneumocoque, rage, varicelle-zona.

À retenir

Observer le taux d’un événement indésirable dans la population vaccinée et le comparer à celui de cet événement dans la population non vaccinée peut permettre de détecter les véritables réactions aux vaccins.

Le graphique suivant montre comment le fait de comparer le taux de base et le taux observé d'un événement peut permettre de déterminer le taux de réaction au vaccin (c'est-à-dire le taux d'événements qui sont réellement dus au vaccin).

Taux d’un évènement (se produisant, rapporté, mesuré) correspondant à tous les cas décrits dans la définition de cas, qui se produirait dans une communauté même en l’absence du vaccin putatif. C’est le taux d’un évènement causé par les propriétés inhérentes au vaccin (par exemple, une réaction au vaccin). Est égal au taux de base PLUS l’effet additionnel du vaccin.
Exemple : Fièvre après la vaccination
Terminologie Comment est-il mesuré Exemple
Taux de base Les taux de base peuvent être déterminés dans une population avant l'introduction d'un nouveau vaccin ou pendant chez les personnes non vaccinées. Si l'on mesurait la température quotidienne chez 1000 enfants non vaccinés, certains développeraient une fièvre (>38°C) pendant la période d'observation (p. ex. du fait d'une infection). Par exemple, un taux de 2 cas de fièvre pour 1000 enfants par semaine.
Taux observé (notifié) Le taux observé peut être mesuré lors des essais cliniques pré-homologation ou pendant des études post-homologation. Si l’on observe la même population de 1000 enfants, mais que cette fois l’on vaccine tous les enfants et mesure leur température chaque jour, le taux de fièvre sera plus élevé. Ainsi, le taux de fièvre peut être de 5/1000 enfants par semaine, avec une augmentation concentrée sur les 72 heures qui suivent la vaccination.
Taux de réaction au vaccin (taux attribuable) Essais cliniques randomisés contre placebo. Études post-homologation – surveillance passive. Ainsi, le taux attribuable au vaccin sera de 3/1000 enfants vaccinés (c’est-à-dire le taux observé moins le taux de base).

Comparer les taux observés et les taux « attendus » d’événements indésirables

Si l'on ne connaît pas le taux de base d'un événement indésirable particulier dans une communauté (ce qui est souvent le cas), on compare le taux observé dans la population et le « taux attendu » publié par les autorités de réglementation des vaccins. Par exemple, les informations figurant sur ce tableau, issues de l'OMS, montrent les taux attendus de MAPI après certains vaccins infantiles.

Taux attendus de MAPI suite à certains vaccins infantiles

Vaccin Taux estimé de réactions sévères
BCG 1 sur 1000 à 1 sur 50 000 doses
VPO 1 sur 2–3 millions de doses (ou 1 sur 750 000 doses pour la première dose)
Rougeole 1 sur 1 million de doses
DTCe 1 sur 750 000 doses

Question

Imaginez que des rumeurs négatives commencent à circuler sur un vaccin en cas de convulsions suite à la vaccination chez des nourrissons vaccinés. Le taux de base des convulsions dans cette population est de 1:1000 nourrissons. Le taux observé chez les enfants vaccinés est de 1,2:1000. Quel est le taux attribuable au vaccin à partir de ces chiffres ?

A. 2 cas supplémentaires de convulsions chez les nourrissons toutes les 1000 vaccinations, par rapport au taux de base.
B. 2 cas supplémentaires de convulsions chez les nourrissons toutes les 10 000 vaccinations, par rapport au taux de base.
C. 1,2 cas supplémentaires de convulsions chez les nourrissons toutes les 1000 vaccinations, par rapport au taux de base.
D. 1,2 cas supplémentaires de convulsions chez les nourrissons toutes les 10 000 vaccinations, par rapport au taux de base.

Réponse

La réponse B est correcte.

  • Le taux attribuable au vaccin est de 0,2:1000 ou 2 cas supplémentaires de convulsions chez les nourrissons toutes les 10 000 vaccinations, par rapport au taux de base.

Autres facteurs à prendre en compte lors de la comparaison des taux de MAPI

Gardez à l’esprit les autres facteurs de confusion qui peuvent avoir une influence sur la comparaison des taux d'événements indésirables.

Un facteur de confusion fait référence à tout ce qui est associé de façon fortuite à un événement (dans ce cas une MAPI), qui risque d'induire l'investigateur en erreur en concluant que le facteur a une influence sur le taux d'un effet indésirable d'un vaccin. Voici quelques facteurs à prendre en compte en comparant un taux de MAPI observé avec un autre. Cliquez sur chaque facteur pour voir de quelle façon il peut altérer les résultats de l'investigation des MAPI.

Vaccins

Bien qu'un vaccin puisse avoir les mêmes antigènes, des fabricants différents peuvent produire des vaccins (ou des « lots » du même vaccin) dont la composition diffère considérablement, notamment en ce qui concerne la présence d'un adjuvant ou d'autres composants. Ces variations se traduisent par une réactogénicité (capacité à provoquer des réactions) différente des vaccins qui, à son tour, a une influence sur la comparaison des taux attribuables au vaccin.

Âge

Le même vaccin donné à des âges différents peut entraîner des taux attribuables au vaccin différents. Par exemple, le vaccin ROR donné aux nourrissons peut entraîner des convulsions fébriles, mais ce symptôme ne survient pas chez les adolescents recevant ce même vaccin.

Doses de vaccin

Le même vaccin donné en « première dose » peut avoir un profil de réactogénicité différent lorsqu'il est administré en « dose de rappel ». Par exemple, le vaccin DTCa donné en première dose a moins de risque d’entraîner une tuméfaction importante du membre que le même vaccin en dose de rappel.

Définition des cas

Un événement indésirable peut être défini différemment dans des études de recherche qui ne respectent pas la même définition des cas. Par conséquent, le fait de ne pas utiliser des définitions de cas normalisées peut avoir une influence sur l’estimation du taux de MAPI.

Méthodes de surveillance

La façon dont les données de surveillance sont recueillies peut avoir une influence sur le taux. Par exemple, les données de surveillance peuvent être recueillies de façon active ou passive, lors d'essais cliniques pré- ou post-homologation, avec ou sans randomisation et groupes placebo.

Taux de base

Le taux de base de certains événements peut différer selon les communautés, ce qui peut avoir une influence sur le taux observé même si le taux attribuable au vaccin est identique dans les deux communautés. Par exemple, les notifications de décès postvaccination peuvent être plus nombreuses dans un pays avec un taux de décès de base élevé dû à une infection fortuite.