Principaux enseignements tirés

  • Coordonner immédiatement les communications avec les représentants de l’établissement scolaire lorsque le programme de vaccination se déroule dans le cadre scolaire.
i

Le Ministère de la santé britannique était en relation avec le Department for Children, Schools and Families et a tenté d’intervenir aussi rapidement que possible. Malheureusement, il n’a pas été assez rapide pour conseiller l’établissement scolaire sur le contenu de sa lettre.

  • Publier une déclaration préliminaire dans les premières heures.
  • Veiller à ce que les services gouvernementaux chargés de la communication et des vaccinations travaillent en étroite collaboration.
i

Selon un représentant de la presse :

« Ce qui se passe au gouvernement, c’est que vous avez d’un côté des groupes de personnes qui élaborent les politiques et le service communication arrive à la dernière minute et décide de publier cela. Mais lorsqu’une histoire comme celle-ci éclate, vous devez travailler ensemble comme une seule équipe, en considérant la politique telle qu’elle a été élaborée et les experts de la communication doivent dire : ‘Bon, en termes de perception par le public, cela signifie …’ »

  • Faire preuve de prudence en ce qui concerne les commentaires faits en public, à moins d’être pleinement informé.
i

En raison du manque d’informations et de la nature tragique de l’événement, aucun des scientifiques de premier plan n’était préparé à s’exprimer en public.

Le point de vue dominant au sein du Ministère était qu’ils avaient raison de garder le silence tant que les résultats de l’autopsie n’étaient pas disponibles.

  • Communiquer avec des journalistes réceptifs avec qui une relation a déjà été établie.
  • La politique doit être tenue à l’écart.
i

Malgré les allégations de l’opposition politique, le Ministère de la santé du RU a décidé de ne pas faire intervenir les ministres avant de disposer de plus amples informations.

Selon un responsable de la communication de ce Ministère…

« Si un scientifique, un expert, intervient et donne son point de vue, c’est à lui que le public fera le plus confiance. Des études montrent que sur des questions telles que celles-ci, le public fait confiance aux médecins, aux scientifiques, aux experts plus qu’aux politiciens ou aux porte-paroles du gouvernement. »

  • Soyez attentif. Si l’administration d’un vaccin peu avant le décès de cette jeune fille était une coïncidence, toute correspondance devait tenir compte du fait qu’il s’agissait d'une tragédie locale.

À retenir

Voir la rubrique Ressources pour consulter l’AIDE MÉMOIRE de l’OMS sur l’investigation des MAPI et d’autres documents utiles.