Nécessité d’améliorer la communication

Le public et les médias expriment souvent leurs préoccupations sur les vaccins et les protocoles de vaccination. Ces préoccupations peuvent être sérieuses et sont souvent déplacées. Voir le graphique ci-dessous sur certains facteurs pouvant susciter l’inquiétude du public.

Nous devons améliorer la quantité, la qualité et la cible de la communication sur la sécurité des vaccins si nous voulons que la vaccination soit mieux acceptée en renforçant la sensibilisation sur les risques et les bénéfices.

Défis pour une communication efficace

Les défis à relever pour une communication efficace sont entre autres :

Baisse des maladies infantiles dans les pays à revenu élevé

L'impressionnante baisse des taux et de la sévérité des maladies infantiles dans les pays industrialisés à revenu élevé au cours du XXe siècle (voir diagramme) a fait oublier les menaces pour la santé et la vie que représentaient les maladies autrefois courantes comme la rougeole, la poliomyélite, la coqueluche, la diphtérie et le tétanos. Les bénéfices de la vaccination ne sont plus renforcés par l'expérience directe des maladies évitées par les vaccins.

Taux brut de mortalité* pour les maladies infectieuses – États-Unis, 1900–1996**

* Pour 100,000 habitants par an. 

** Adapté de Armstrong GL, Conn LA, Pinner RW. Trends in infectious disease mortality in the United States during the 20th century. JAMA 1999:281; 61–6.

§ American Water Works Association. Water chlorination principles and practices: AWWA manual M20. Denver, Colorado: American Water Works Association, 1973.

Les parents considèrent que les maladies infectieuses appartiennent au passé

Certains parents dans les pays comme les États-Unis ou l'Europe occidentale peuvent penser qu'il n'est pas nécessaire d'exposer leur enfant à un risque infime de vaccination car ils partent du principe que les maladies infectieuses « appartiennent au passé ». Les parents doivent être informés des conséquences de leur décision de ne pas vacciner leurs enfants, car en cas de baisse de l'immunité collectiveImmunité collectiveUne population avec une forte proportion d’individus immunisés contre un agent pathogène particulier, suite à une vaccination ou une infection soignée, peut conférer une protection aux quelques membres non immunisés car le nombre de personnes vulnérables au sein de la « collectivité » est trop faible pour que l’infection puisse circuler., la maladie peut réapparaître et se propager dans la population. Tel a été le cas lorsque des inquiétudes sur la sécurité du vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole (ROR) dans les années 1990 ont entraîné une nette baisse de la vaccination au Royaume-Uni, suivie d'une augmentation du nombre de cas de rougeole, oreillons et rubéole.

Introduction de nouveaux vaccins

De nouveaux vaccins sont introduits et des tranches d'âge plus larges sont ciblées pour la vaccination systématique. Par exemple, dans certains pays, les adolescents se voient proposer des vaccins contre le papillomavirus humain et la méningite bactérienneMéningite bactérienneInflammation des membranes qui enveloppent le cerveau et la moelle épinière, causée par une infection bactérienne., et les personnes âgées sont encouragées à se faire vacciner contre la grippe. Dans les pays en développement, on préconise aux femmes en âge de procréer une vaccination avec au moins deux doses d'anatoxine tétanique pour les protéger, elles et leurs nouveau-nés, contre la maladie.

La communication avec différents groupes d'âge nécessite des compétences différentes, par exemple l'utilisation d'un langage adapté à l'âge. Le personnel doit être formé à prendre en charge les différents groupes d'âges ciblés et à s'attendre aux différents événements indésirables (p. ex. la fréquence de l'anxiété vis-à-vis de la vaccination peut être différente selon les groupes d'âge).

Transparence et obligation de rendre des comptes

Enfin, une bonne communication auprès de toutes les parties concernées est essentielle pour préserver la confiance du public dans des services de vaccination transparents et responsables.