Histoire du développement des vaccins

Pour de plus amples informations sur la situation des vaccins et de la vaccination dans le monde, consultez le résumé d’orientation de l’OMS suivant :

Vaccins et vaccination : la situation dans le monde. Résumé d’orientation

Si l’inoculationInoculationPratique consistant à exposer intentionnellement une personne à de la matière de pustules de variole afin d'induire une réponse protectrice modérée à la maladie. contre la variole était pratiquée il y a plus de 2000 ans en Chine et en Inde, c’est généralement à Edward Jenner, médecin britannique, que l’on attribue l'introduction du concept moderne de la vaccination. En 1796, il utilise de la matière de pustules de la vaccine pour l’inoculer à des patients afin de les protéger contre la variole, qui est provoquée par un virusVirusAgent infectieux ultramicroscopique composé de matériel génétique entouré d'une coque protéique. Un virus peut se répliquer uniquement dans les cellules des hôtes vivants. apparenté.

En 1900, il existait deux vaccins contre des virus humains (variole et rageRageInfection virale potentiellement fatale propagée par la morsure de certains animaux à sang chaud. Elle attaque le système nerveux central et, si elle n’est pas traitée, entraîne un taux de mortalité élevé chez les animaux.), et trois vaccins contre des bactéries (typhoïdeTyphoïde (fièvre typhoïde)Maladie grave due à une bactérie appelée Salmonella Typhi. La typhoïde provoque une forte fièvre, une faiblesse, des douleurs gastriques, des maux de tête, une perte d’appétit et parfois un rash. Si elle n’est pas traitée, elle peut tuer jusqu’à 30 % des personnes qui la contractent. Il existe différents vaccins pour prévenir la typhoïde : les vaccins inactivés qui nécessitent une injection et les vaccins vivants atténués qui sont pris par voie orale (par la bouche)., choléraCholéraMaladie infectieuse aiguë de l’intestin grêle due à la bactérie Vibrio cholerae qui se caractérise par une forte diarrhée aqueuse, des vomissements, des crampes musculaires, une déshydratation sévère et une perte d'électrolytes. et pestePesteMaladie infectieuse grave, potentiellement mortelle généralement transmise aux humains par la piqûre de puces de rat. C’est l'un des fléaux de l'histoire de l'humanité.).

Un programme mondial de dépistage et de vaccination contre la variole a pris de l’ampleur et en 1979, l’Assemblée mondiale de la Santé a officiellement déclaré l'éradication de la variole — un exploit qui reste l'une des plus grandes victoires de santé publique de l'histoire.

Question

La variole a été déclarée éradiquée en 1979. Pouvez-vous indiquer la différence entre l’éradication et l'élimination d'une maladie ? Sélectionnez les deux définitions correctes de l’éradication et de l’élimination d’une maladie :

A. L’éradication fait référence à la réduction, totale et permanente au niveau mondial, à zéro nouveaux cas de la maladie suite à des efforts délibérés.
B. L’éradication fait référence à la réduction à zéro (ou un taux cible défini très bas) nouveaux cas dans une zone géographique spécifique.
C. L’élimination fait référence à la réduction, totale et permanente au niveau mondial, à zéro nouveaux cas de la maladie suite à des efforts délibérés.
D. L’élimination fait référence à la réduction à zéro (ou un taux cible défini très bas) nouveaux cas dans une zone géographique spécifique.

Réponse

Les réponses A et D sont correctes.

L’éradicationÉradicationRéduction à zéro totale et permanente au niveau mondial de nouveaux cas d’une maladie infectieuse suite à des efforts délibérés ; les mesures de lutte ne sont plus nécessaires. fait référence à la réduction, totale et permanente au niveau mondial, à zéro nouveaux cas de la maladie suite à des efforts délibérés.

  • Si une maladie a été éradiquée, aucune autre mesure de lutte n’est nécessaire.

L’éliminationÉliminationRéduction à zéro (ou un taux cible défini très bas) de nouveaux cas d’une maladie infectieuse dans une zone géographique spécifique suite à des efforts délibérés ; des mesures continues pour prévenir la réapparition de la transmission de la maladie sont nécessaires. fait référence à la réduction à zéro (ou un taux cible défini très bas) nouveaux cas dans une zone géographique spécifique.

  • L’élimination nécessite la poursuite des mesures pour prévenir la réapparition de la transmission de la maladie.
Les questions de réglementation et de sécurité des vaccins avant et après l’homologation sont abordées plus loin dans ce module

Face au succès du programme contre la variole, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) lance en 1974 le Programme élargi de vaccination (PEV). Les objectifs initiaux du PEV sont de faire en sorte que chaque enfant reçoive une protection contre six maladies infantiles (tuberculoseTuberculoseMaladie due à la bactérie Mycobacterium tuberculosis. La bactérie attaque généralement les poumons, mais elle peut attaquer n'importe quelle partie du corps, comme le rein, la moelle épinière et le cerveau. Si elle n’est pas bien traitée, la tuberculose peut être fatale., poliomyélite, diphtérie, coqueluche, tétanos et rougeole) avant l'âge d'un an et d'administrer le vaccin à l'anatoxine tétaniqueVaccin à l’anatoxine tétanique (AT)Préparation d'anatoxine tétanique utilisée pour immuniser contre le tétanos. Lorsqu’ils sont administrés aux femmes en âge de procréer, les vaccins contenant de l’anatoxine tétanique (AT ou dT) non seulement protègent les femmes contre le tétanos, mais empêchent également le tétanos néonatal chez leurs nourrissons. aux femmes pour les protéger, elles et leur bébé, contre le tétanos.

Depuis, de nouveaux vaccins sont apparus. Certains d’entre eux, notamment ceux contre l’hépatite BHépatite BInfection virale du foie transmise par le contact avec le sang et autres liquides organiques infectés par le virus de l’hépatite B. Certaines infections, notamment celles acquises dans l’enfance, peuvent devenir chroniques et entraîner une cirrhose et un cancer du foie primaire à l'âge adulte., les rotavirusRotavirusGroupe de virus provoquant une diarrhée (gastroentérite à rotavirus) chez les enfants., Haemophilus influenzae de type b (Hib)Haemophilus influenzae type b (Hib)Bactérie pouvant provoquer de graves maladies invasives, comme la pneumonie et la méningite ; plus courante chez les enfants et les adultes immunodéprimés (dont la capacité à lutter contre les infections est amoindrie). Hib est l'un des six types de bactéries qui sont les principales causes de méningite bactérienne chez les enfants non vaccinés. et les vaccins antipneumococciques, sont recommandés par l’OMS au niveau mondial. D’autres, comme le vaccin contre la fièvre jauneFièvre jauneMaladie tropicale virale et infectieuse transmise par les moustiques et caractérisée par une forte fièvre, une jaunisse et des saignements gastro-intestinaux., sont recommandés dans les pays où la charge de morbidité est forte.

En 1990, la vaccination protégeait plus de 80 % des enfants dans le monde contre les six grandes maladies du PEV, et de nouveaux vaccins sont constamment ajoutés aux PEV dans de nombreux pays.

En 1999, l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI) a été créée pour étendre la portée du PEV et aider les pays les plus pauvres à introduire des vaccins salvateurs nouveaux et sous-utilisés dans leurs programmes nationaux.

History of Vaccine development
Renforcer la vaccination : Programme élargi de vaccination de l'OMS

Bien qu’environ 24 millions de nourrissons ne reçoivent toujours pas l’intégralité des vaccins du PEV durant leur première année d’existence, le succès du PEV peut être jugé par la réduction dans le monde des cas de rougeole et de poliomyélite (voir graphique). Ces deux maladies font partie des quelques maladies (dont le tétanos néonatal) pour lesquelles l'OMS cible l'élimination par la vaccination.