2e journée : mardi 19 avril 2011

Lorsque vous arrivez à votre bureau, deux éléments vous attendent.

Un colis a été livré ; il contient des échantillons du vaccin antirougeoleux Klinigen et du diluant en provenance des centres concernés de la province de Karoomana. Il a été envoyé par le Dr Ramon Cajal qui procède à l’investigation des cas. Des échantillons ont été transportés sur de la glace. Vous donnez des instructions pour qu'ils soient immédiatement envoyés au laboratoire national de référence, qui se trouve également à Freeport, non loin de votre bureau. Vous documentez le processus de collecte des échantillons, le mode d'expédition et les tests à réaliser sur les échantillons. Vous vous faites la remarque que les échantillons de ce type ne devraient pas vous être envoyés directement, puisque vous ne possédez pas les installations nécessaires pour les stocker correctement ou pour les examiner – si cela se produit de nouveau, ils doivent aller directement au laboratoire de référence.

Il y a une notification de MAPI venant de la province de Trent, signalant une MAPI à la suite d'une vaccination par le ROR, chez une enfant âgée de 9 mois. Elle a présenté une réaction locale sévère au site d’injection.

Rien d’autre ne réclamant votre attention immédiate, vous décidez

  • de trouver d’autres informations sur l'utilisation appropriée du vaccin antirougeoleux Klinigen, pour vous assurer qu’il est administré correctement au groupe d’enfants auquel il est destiné,
  • d’établir la bonne manière de classer par catégories et de notifier les symptômes observés chez les enfants concernés.

Sélectionnez les activités que vous entreprendrez ensuite.


Consulter les informations de la Collaboration de Brighton.

Vous effectuez une recherche en ligne pour des définitions des symptômes décrits dans les notifications de MAPI et trouvez les publications suivantes :

Kohl KS, et al The development of standardized case definitions and guidelines for adverse events following immunization. Vaccine 2007; 25(31):5671–5674.

Sejvar JJ et al. Encephalitis, myelitis, and acute disseminated encephalomyelitis (ADEM): case definitions and guidelines for collection, analysis, and presentation of immunization safety data. Vaccine 2007;25(31):5771–5792.

  • Cette activité est pertinente, l'utilisation de définitions de cas standardisés étant cruciale pour que les informations restent comparables.
  • Les publications fournissent des définitions acceptées des réactions. La lecture de ces articles vous permettra de classer par catégories les notifications de MAPI que vous avez reçues.

Téléphoner au laboratoire national de référence.

Vous téléphonez au directeur principal du laboratoire national de référence.

Il déclare :

« Un gros colis contenant des flacons de vaccins est arrivé. De quoi s'agit-il et que voulez-vous que j'en fasse ? »

Vous expliquez que le lot de vaccins est suspecté de provoquer des convulsions et de la fièvre chez les jeunes enfants.

Le laboratoire décide de réaliser des tests de stérilité, de toxicité et de puissance. Le vaccin restant sera conservé de manière appropriée, pour le cas où il devrait être expédié au fabricant ou à un autre laboratoire pour d'autres tests.

  • Dans ce cas, cette action est importante pour assurer la conservation appropriée des vaccins.
  • Si vous n'aviez pas contacté le laboratoire national de référence, la chaîne de froid pourrait être interrompue et les résultats des analyses de ce lot de vaccins ne seraient pas valables.

Contacter le ministère de la Santé.

Vous téléphonez au secrétaire du Ministre de la santé et dites que vous souhaiteriez lui parler.

  • Contactez le Ministère de la santé après avoir mené une recherche exhaustive et avoir rassemblé des informations pertinentes.

Voici ce que dit le secrétaire :

« Le Dr Swahami inaugure aujourd'hui un nouvel hôpital à Mantus et ne sera pas de retour avant ce soir. Voulez-vous que je lui transmette un message ou pourriez-vous l'appeler à 4 heures 30 demain après-midi ? Elle a un créneau à ce moment-là dans son emploi du temps »

Vous répondez qu'il est possible qu'elle attende un rapport écrit sur un sujet lié à la vaccination et que vous aimeriez qu'il soit déposé sur son bureau dès son arrivée.

  • Évitez de faire part d'informations complexes au Ministre par l'intermédiaire de sa secrétaire. En envoyant un rapport écrit, vous êtes certain de transmettre des informations exactes.

Consulter le site Web du Comité consultatif mondial de la sécurité vaccinale (GACVS) à la recherche de rapports sur la vaccination antirougeoleuse.

Vous recherchez des rapports sur le vaccin antirougeoleux sur le Site Web du GACVS.

  • Cette activité est pertinente, car elle peut vous permettre d'obtenir des informations sur les manifestations indésirables et sur le vaccin.

La plupart des informations concernent la vaccination antirougeoleuse en tant que composante du ROR. Rien n'indique des problèmes antérieurs avec le vaccin antirougeoleux Klinigen.

  • Vous avez vérifié auprès du principal organe consultatif mondial l'existence d'informations susceptibles d'avoir un lien avec la manifestation indésirable observée avec le vaccin antirougeoleux.

Il existe toutefois un article portant sur la vaccination antirougeoleuse chez les enfants séropositifs au VIH qui confirme que :

« Les données ne mettent pas en évidence de risque grave dans l'utilisation du vaccin antirougeoleux chez les enfants séropositifs. Bien que des millions de doses de vaccin antirougeoleux aient été administrés à des enfants séropositifs, seule 1 notification de cas suggérant des manifestations postvaccinales indésirables graves potentielles a été identifiée. »


Vous consultez également le rapport de l'Institut de médecine "Adverse Effects of Vaccines: Evidence and Causality" (Page 118 Conclusion 4.2) sur Internet, qui affirme : « Les données sont inadéquates pour accepter ou rejeter une relation causale entre le vaccin ROR et l'encéphalite ».

  • Rien n'indique que le vaccin lui-même est inapproprié pour les enfants qui l’ont reçu, même s'ils étaient séropositifs.

Consulter le site Web de l'OMS qui dispense des conseils scientifiques provenant d'autres sites Web scientifiquement fiables.

Vous recherchez des informations supplémentaires sur le Réseau pour la sécurité des vaccins, un site Web de l'OMS qui compile des sites Web contenant des informations utiles sur la sécurité des vaccins.

Rien n'indique des problèmes antérieurs avec le vaccin antirougeoleux Klinigen, ni une utilisation inappropriée du vaccin lui-même.

  • Cette activité est pertinente, car elle peut vous permettre d'obtenir des informations sur les manifestations indésirables et sur le vaccin.

    Vous avez maintenant consulté des sources d'information fiables, à la recherche de problèmes potentiellement connus posés par le vaccin.