1re journée : vendredi 8 avril 2012

Vous arrivez au travail et trouvez sur votre bureau une notification datée du 6 avril 2012 (cliquez ici pour afficher le formulaire standard de notification des MAPI de l'OMS à titre d'exemple) envoyée par le directeur du Centre médical de Chandra (Katchija Road 12, 1202 Karoom, Reganda. Numéro de téléphone : +049346 54 4568).

Sarita Priya, l'un des agents de santé communautaires, a signalé qu'un enfant était tombé malade après avoir reçu le nouveau vaccin antirougeoleux. Elle ne sait pas exactement de quel type de maladie il s'agit. La maladie a été signalée par la mère de la fillette, Mme Chidawayo.

Cliquez sur les activités que vous entreprendriez ensuite. Essayez de les sélectionner par ordre de priorité.


Appeler l'agent de santé qui a administré le vaccin et notifié la réaction en premier lieu.

Vous contactez Sarita Priya par téléphone au Centre médical de Chandra. Sarita compte plusieurs années d'expérience dans l'exécution des programmes de vaccination, principalement pour les enfants de moins d'un an. Ce n'est que la deuxième fois qu'elle doit notifier une MAPI à son responsable.

Voici ce que déclare Sarita :

« Le mercredi (6 avril 2012) à 11 heures du matin, Susan Chidawayo est venue au centre et m'a dit que sa fille Martha était tombée malade après avoir été vaccinée le lundi (4 avril 2012).

Avant la vaccination, j'ai interrogé la mère pour confirmer que l'enfant ne présentait aucun problème médical, aucun antécédent d'allergies et qu'elle s'alimentait normalement. À la voir, Martha paraissait en bonne santé et je me souviens qu'il n'y avait rien à signaler au sujet de l'injection elle-même – elle a pleuré un peu mais il n'y eu aucun autre problème. Ensuite, j'ai dit à Susan que Martha pourrait avoir de la température, mais que cela ne durerait pas longtemps et que si tel était le cas elle devrait lui donner du paracétamol. Mais, apparemment, Susan a remarqué dans la soirée que Martha avait de la fièvre, puis plus tard dans la nuit (vers 22 heures) suivant la vaccination, qu'elle présentait des sortes de contractions musculaires – ses bras et son cou étaient crispés et elle ne fixait pas son regard correctement, qu’elle manquait d'appétit : elle a également été très agitée pendant tout le reste de la journée. Susan a indiqué que la fièvre de Martha avait diminué et qu'elle semblait aller mieux, et m'a demandé s'il y avait quelque chose à lui donner. Je lui ai demandé de continuer à la surveiller de près et de me contacter si son état s'aggravait. Quoi qu'il en soit, elle n'est pas revenue au centre. Je suppose donc que sa fille est rétablie.

J'ai utilisé l'un des flacons multidoses de vaccin antirougeoleux, qui a été préparé pour cette session avec le diluant fourni par le fabricant. Martha a été le deuxième enfant vacciné après la reconstitution du flacon, à partir duquel 7 autres enfants ont été vaccinés. Je n'ai eu connaissance d'aucun problème en ce qui concerne les autres enfants vaccinés au cours de cette session. Le flacon a été jeté à 12 h 30 et j'ai noté cette heure dans mes dossiers.

Si vous avez besoin de contacter Mme Chidawayo, vous trouverez ses coordonnées complètes dans un registre, au centre. »

  • Cette action est importante car elle vous permet d’apporter des informations recueillies à la source sur le patient et la vaccination.
  • Vous aurez besoin d'informations supplémentaires sur l'enfant, les symptômes et le vaccin.

Consulter les informations sur le vaccin fournies par le fabricant.

Vous consultez les informations sur le vaccin sur le site Internet de Klinigen et sur la notice de l'emballage.

Le vaccin Oovivax de Klinigen contre la rougeole, les oreillons, la rubéole et la varicelle a été autorisé en juin 2011. Il est présenté dans des flacons multidoses qui doivent être reconstitués avec 1 ml de diluant stérile Easydil fourni par le fabricant et utilisé dans les 6 heures.

La durée de conservation de ce vaccin lyophilisé est généralement d'une année. Il doit être administré par injection sous-cutanée de 0,5 ml chez les enfants jusqu'à l'âge de 12 ans et de 0,2 ml chez les adultes. Chaque flacon reconstitué contient suffisamment de vaccin pour 10 enfants âgés au maximum de 12 ans.

Le schéma recommandé est soit une injection unique en rappel ou, pour les personnes non vaccinées, 2 injections pratiquées à un mois d'intervalle. Ce vaccin ne convient pas aux enfants de moins de 9 mois. Il est recommandé de ne pas l'administrer aux enfants qui ont de la fièvre. Certaines réactions bénignes peuvent survenir : légère augmentation de la température chez 5 à 6 % des enfants vaccinés, éruption cutanée légère chez 1 à 2 % des enfants, parfois éruption cutanée légère et troubles gastriques légers ou rhinopharyngite de courte durée. La fièvre ou l'éruption cutanée, ou les 2, apparaissent généralement entre le cinquième et le douzième jour suivant la vaccination et durent entre un et deux jours.

  • Ces informations, qui sont également fournies dans les boîtes de vaccins, sont pertinentes et devront être inscrites sur votre fiche de notification.

Annuler la session de vaccination au centre pour le lendemain.

Vous estimez qu'un risque pourrait être associé au vaccin antirougeoleux que vous utilisez et placez un avis sur la fenêtre du centre pour indiquer que le programme sera suspendu pendant quelques jours. Vous contactez également plusieurs agents de santé communautaire, de sorte que les informations puissent être diffusées directement auprès des parents et des soignants des enfants qui doivent venir au centre le vendredi.

  • Cette mesure serait inadaptée. Les informations dont vous disposez ne sont pas suffisantes, à ce stade, pour savoir s'il existe un risque associé au vaccin et cette mesure serait très perturbante. De plus, la diffusion d'informations et de rumeurs défavorables au sein de la communauté est susceptible de provoquer une inquiétude injustifiée et de compromettre gravement le programme.

À retenir

Notez les informations rassemblées sur la fiche de notification préalable à l'investigation.